Red Queen T.1 de Victoria Aveyard  Editions Le Masque  Parution le 21.02.15  444 pages

Fantasy ♦

Pour ma première chronique de 2017, et aussi ma première chronique tout court. Soyez indulgent avec moi ! Je vais parler de l’un des mes gros coup de cœur !!!

3

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

2

Que dire ?! Ô toi  ! Petit livre redonnant à nouveau vie à mon petit cœur ! À croire qu’il était devenu une pierre, rien ne le touchait ! Lecture après lecture, j’ai enfin retrouvé le bonheur de lire et pourquoi j’aimais ça ! Comme vous l’avez d’ores et déjà compris, ça été un très gros coup de cœur de 2015.
Superficielle que je suis, je choisie mes livres, en me fiant à la couverture !!! Je ne lis pas la 4ieme de couverture, je préfère tout découvrir sans à priori. Bon j’avoue, je vérifie tout de même que c’est pas de l’horreur !! J’ai fait une l’erreur une fois, de ne pas vérifier, je ne m’en remets toujours pas de ce que j’ai lu, GORE à souhait…

Bref revenons à nos moutons, ce qui m’a énormément plu dans Red Queen, c’est l’originalité de l’histoire, sa richesse et la plume de Victoria Aveyard. L’univers se divise d’un côté, par les Argents, les élites ayant des dons qui se distingue un sang de couleur argent. Et d’un autre côté les Rouges, au sang rouge et sans pouvoir. Ces derniers sont un peuple réprimé, travaillant encore et toujours pour les hauts rangs sans reconnaissance. Un monde brutal et cruel. Vous me direz, ça ne change pas des nombreuses autres dystopies, mais ce qui la différencie, c’est l’intrigue qui est parfaitement bien menée par l’auteure. Même en laissant des miettes d’indices au fil des pages, naïve que je suis, je me suis faite avoir par son écriture, la faculté de Victoria Aveyard de nous mener à la baguette, fonçant droit dans le poteau rose ! L’histoire est prenante, les actions s’enchaînent, on ne s’ennuie pas.

Le personnage principal Mare Barrow est une Rouge, avec une histoire poignante.  À l’âge de 18 ans, éligible à la circonscription pour partir en guerre et se battre pour une cause qu’elle ne connaît pas. Comment va-t-elle s’en sortir ? Un personnage fort, qui va apprendre, et prendre conscience de son potentiel ainsi que le monde qui l’entoure vraiment. Elle sera propulsée dans le palais grâce à son potentiel, chaque fait et geste sera risqué pour elle. Sans compter sur les deux princes Cal et Maven pour la troubler. Quant au caractère des personnages masculins, on ne sais pas sur quel pied danser, mon cœur balançait entre l’un et l’autre.

Ce que j’ai fortement aimé, le monde dépeint par l’auteur n’est pas noir ou blanc, gentils et méchants, Argents ou Rouges d’un côté. C’est un monde qui est complexe que l’on soit d’un côté ou d’un autre qui permet de mieux cerner chaque partie. On ne s’ennuie pas les actions s’enchaînent et on en redemande, peut être un peu de lenteur dans les 100 premiers pages mais après tout s’enchaîne à un rythme effréné. La fin m’a marqué et je me suis dit OMG !! Pourquoi autant jouer sur la fibre sensible des lectrices…

C’est une dystopie qui est remarquable par son style, ses personnages et son univers. À la fin du tome 1, j’attendais avec impatience la suite. Gros coup de cœur.

12


5

Publicités