La loi du dôme T.1 de Sarah Crossan Editions Bayard Parution le 13.01.16  437 pages

Science-Fiction

Résumé
Les arbres ont été rasés de la surface de la Terre, provoquant ainsi la raréfaction de l’oxygène et de millions de morts… La vie est seulement possible sous le Dôme, une bulle protectrice en verre. Cependant, ce nouveau monde est loin d’être égalitaire, même la consommation d’oxygène par les habitants est contrôlée par un impôt. Les auxiliaires, les plus pauvres, sont condamnés à survivre tandis les Premiums, riches, vivent dans l’opulence. Dans cette société totalitaire, une Résistance se lève et cherche à défendre les arbres et à vivre en liberté. Alina, une jeune résistante en danger fera la connaissance de Quinn, un Premium et Bea, une Auxiliaire. Une rencontre qui changera à  jamais leur vie…

Mon avis
Ça faisait un moment que je voulais lire le livre, la couverture de celui-ci m’a captivée par le Dôme et la couleur ainsi que la sécheresse que l’on voit au premier plan. J’étais curieuse de connaître le fin mot de l’histoire !! Encore une dystopie, une société divisée en deux, d’un côté les Premiums, les riches et les Auxiliaires de l’autre, les pauvres et une Résistance qui naît de cette injustice. Malgré tout, j’ai vraiment apprécié, la dystopie, par le thème abordé qui est la destruction des arbres. La déforestation qui est malheureusement un fléau à l’heure actuel, et certains peuples de notre monde dont leur survie dépend de cet écosystème. L’auteure nous montre à travers cette histoire, un monde qui pourrait naître de cette destruction…

Je suis rentrée de suite dans l’histoire, il y a une alternance des points de vue de personnages différents à chaque chapitre qui rend le récit dynamique. Alina, 16 ans est une résistante et par un échec de sa mission dans le dôme, elle devra s’enfuir du dôme, son personnage est froid et insensible mais heureusement que sa coquille s’érode un peu en contact de Maude, une vagabonde de l’extérieur du dôme (personnage que j’adore, petite vieille pas si inoffensive que ça !). Quinn, le Premium est drôle, mais est effacé par rapport à Béa sa meilleure amie, discrète soit-elle, elle s’impose par ses idées et ses convictions. Jazz le dernier personnage qui m’a marqué est une petite fille de 9 ans, trop mûre pour son âge mais reste une petite teigne qui m’a fait bien rire.

J’ai été captivé par ce monde qui n’est pas si différent du nôtre pour les questions écologiques. Ça permet une réflexion sur notre monde actuel. J’ai seulement hâte de lire la suite et de vous la partager

.8

Publicités