Mystic City deTheo Lawrence ♦ Editions Pocket (PKJ) Parution en 2104 414 pages

Science-Fiction

Résumé
Aria Rose, la plus jeune héritière d’une des deux plus puissantes familles rivales de Mystic City, se retrouve promise à Thomas Foster, le fils des pires ennemis de ses parents. Leur union est sensée mettre fin à des décennies de vendetta politique, et réunir les habitants des Aeries, la classe dominante de la ville, contre les Mystiques bannis qui errent et fomentent dans ses bas-fonds. 

Mais Aria ne se souvient pas être tombée amoureuse de Thomas ; de fait : elle se réveille un matin avec de grandes zones d’ombres dans sa mémoire. Et elle ne parvient pas à comprendre pourquoi ses parents auraient accepter de s’unir aux Foster en premier lieu. Quand Aria rencontre Hunter, un rebelle et séduisant Mystique des bas-fonds, elle commence à retrouver des bribes de souvenirs, et comprend qu’il détient la clé de son passé.

Les choix qu’elle sera amenée à faire sauveront ou condamneront la ville – et sa propre existence.

Mon avis
De retour je suis, après un petit moment de blanc, j’avais entendu beaucoup d’avis positif sur Mystic City, alors je me suis enfin lancée à lire le livre. Une dystopie classique, d’un côté une classe dominante et de l’autre, une classe dominée les Mystiques, dans un Manhattan futuriste. Il y a fort longtemps, à la suite d’un attentat ayant fait de nombreuses victimes, les Mystiques ont été désigné coupable du crime à cause de leur capacité à posséder un pouvoir surnaturel. Depuis ce jour, le pouvoir des Mystiques est drainé une fois par an, afin d’enlever leur capacité. L’énergie des Mystiques est utilisée pour alimenter les installations électriques de la ville (je me demande vraiment comment ils le font ?!). J’ai trouvé l’univers vraiment particulier, mais je regrette que l’auteur Theo Lawrence n’ai pas assez développé ce monde avec un peu plus de profondeur.

L’intrigue est assez faible, il est aisé de deviner de ce qui adviendra, de plus j’ai trouvé de nombreuses incohérence dans le récit. Notamment, dans les bas-fonds, un milieu hostile et dangereux pour les élites, Aria Rose, héritière et adulée et donc forcément connue, se balade tranquillou sans se faire reconnaître. Si l’auteur n’insistait pas sur le dangerosité du lieu, je ne noterai pas ce détail mais ça m’a marqué.

Passons ensuite aux personnages particulièrement, Aria Rose, une héroïne qui m’a complètement agacée, par son incapacité à être réfléchi, son manque de lucidité, oui elle a oublié une partie de ses souvenirs mais ce n’est pas une raison !! J’avais envie de la secouer parfois et lui dire hé ho réveilles-toi ma belle !! Ouvres les yeux !!!source Elle se réveille à la fin du livre en étant poussée par l’amour mais j’ai trouvé complètement ridicule la dernière action d’Aria qui ne colle pas du tout au personnage.

Thomas Foster et Hunter, les deux protagonistes mâles sont vraiment classiques, pas assez d’approfondissement, c’est dommage. Les personnages secondaires m’ont plus intrigué que les personnages principaux. En somme, les personnages ne m’ont pas intéressés.

Le seul moment auquel j’ai accroché est la fin du roman, avec un peu plus d’action, une accélération de l’histoire qui nous tient en halène, un bouleversement inattendu forte en émotion. Malgré tout, la plume de l’auteur est agréable, les pages se tournent facilement.

Pour conclure, le roman m’a fortement déçu, je l’ai trouvé trop conventionnel cependant l’univers de post-apocalyptique est intéressant mais il manque un petit quelque chose que je ne saurai dire. La fin de l’histoire a tout de même éveillée ma curiosité. Je ne suis pas fermée à lire le second tome pour découvrir où l’auteur veut nous emmener.


Thème de Février :  « Cœurs sur toi » → février, c’est le mois des amoureux. Si on lisait une romance ? Epoque, lieux, vous avez l’embarras du choix ! !

dxjp_bmwknnbfpnai_fklpuw3fk

Advertisements